Article écrit en 2014 :

 

A l’heure où l’on s’interroge sur l’avenir de la salle Jeanne d’Arc, il paraît opportun de rappeler ce que représente cet authentique patrimoine pazennais qui vient de fêter ses 90 ans d’existence.

Avant d’être transformé en salle de théâtre en janvier 1924, le stand, ainsi qu’on l’appelait, se constituait rue du Ballon en un bâtiment en dur et de deux hangars utilisés depuis 1909 par les sections de tir et de gymnastique du patronage. La première salle pouvait accueillir 300 personnes assises sur des bancs. Des premières grosses réparations furent effectuées en 1929 et 1930. Chaque année, deux pièces y étaient jouées, le plus souvent avec succès.
Fin 1932, la salle va connaître un développement spectaculaire avec d’importants travaux pour permettre la création le 15 janvier 1933 du « Christ-Roi ». Le succès immédiat du spectacle imposa, à la fin de la première saison, d’élargir la salle, de construire une terrasse de chaque côté et d’effectuer un aménagement majeur du plateau. Dans le même temps, la capacité de la salle était portée à plus de 550 places dont une partie en fauteuils sur un plan incliné.
En 1956, de nouvelles et importantes transformations vont donner à la salle Jeanne d’Arc son visage actuel avec notamment la construction des balcons et l’installation de nouveaux fauteuils. Mais, l’aménagement le plus spectaculaire et original fut la disposition sur la scène de 12 plateaux pouvant s’atteler ou s’accoupler sur trois plans différents, glissant sur 180 m de rails et permettant de substituer en quelques secondes les décors construits les plus compliqués. A l’époque, on laissait entendre que c’était vraisemblablement un prototype unique en France.
Cela entraîna évidemment des frais et des emprunts remboursés au terme de plusieurs années.

Depuis, et en particulier depuis 1986, la Pazenaise Théâtre a consenti de gros investissements (sanitaires, jeu d’orgue, fauteuils, etc), soit plus de 800 000 F sans aides, uniquement par autofinancement.
Restaient à rénover le hall d’entrée et le hangar abritant le bar (l’actuelle salle de l’entracte), ce qui fut réalisé en janvier 2002 avec cette fois, les fonds propres de la Pazenaise Théâtre ; 200 000 F de subventions (Etat et Conseil général) et un emprunt de 200 000 F bénéficiant de la garantie de la commune.
Ces importantes dépenses qui font de la salle Jeanne d’Arc un théâtre confortable et au plateau digne d’une scène professionnelle ne doivent pas faire oublier combien les « artisans » du Christ-Roi ont très souvent mis la main à la pâte, et pas seulement à chaque grande étape de l’aménagement de la salle.
Il était juste et bon de le préciser ici, et de leur rendre hommage.

La Société historique (février 2014)

 

 

Article de 2017 :

 

Son ancienneté et sa renommée plus que régionale en font un véritable patrimoine local.Et voilà qu’une nouvelle page se tourne dans sa longue et riche histoire.  Salle paroissiale de patronage à l’origine, puis diocésaine, elle devient aujourd’hui propriété communale.

Tout avait commencé le 6 janvier 1924. Ce jour là, le rideau se leva pour la première fois sur un drame biblique en trois actes « l’enfant prodigue » et sur une comédie en un acte « le jeune homme sans cervelle ». La troupe était constituée d’acteurs et de figurants déjà expérimentés puisque, depuis 1920, elle interprétait deux pièces par an données dans la salle « Toutes-Joies » à la cure. Qui aurait pu imaginer alors que la nouvelle scène pazennaise allait mettre à l’affiche de nombreuses pièces, et en 1933, son spectacle majeur « le Christ-Roi » avec actuellement 739 représentations au compteur (à la date du 9 avril dernier)…Qui dit mieux en France pour le théâtre d’une commune de l’importance de Sainte-Pazanne ! Sans oublier les pièces jouées depuis 1981 par la troupe des Strapontins faisant salle comble à chaque fois.

On peut avancer, et on est sans doute loin de la réalité, que plus de 300 000 spectateurs ont fréquenté la salle Jeanne d’Arc depuis son origine ! Un théâtre qui a connu bien des transformations et des aménagements  depuis la création du « Christ-Roi », les derniers travaux ayant concerné la rénovation du hall d’entrée et de la salle de l’entracte.

Une troupe déjà expérimentée

Vint le temps ou l’association « Pazenaise Théâtre » rétrocéda la salle à l’Association pour le développement des œuvres diocésaines tout en bénéficiant d’un bail d’occupation renouvelable tous les neuf ans. Mais, ces dernières années, la gestion de la salle devenait de plus en plus lourde et difficile à maîtriser. Qu’allait faire l’association propriétaire ? On imagine quelque promoteur immobilier vorace à l’affût…L’emplacement de la salle dans la commune et sa superficie constituant des atouts de premier ordre. Cela entraîna bien des interrogations et des inquiétudes. Des négociations entre l’association propriétaire et la commune ont finalement, et heureusement abouti.

On sait déjà que des travaux seront entrepris fin 2018, concernant en particulier la scène. Une petite question se pose, devenu municipal, le théâtre « Jeanne d’Arc » changera t’il de nom ?

 

Programme de l’inauguration de la salle

 

La société historique (2017)

 

 

 

Partager cette page sur :