Au tout début du siècle dernier, le sport à Sainte-Pazanne ne concernait, sous l’égide du patronage, que la gymnastique (la Saint Louis) et le tir (la Jeanne d’Arc). Ces activités se pratiquaient au stand (la salle Jeanne d’Arc actuelle)  et sous les halles. La gymnastique était alors très pratiquée et de grands concours étaient organisés. Ce fut le cas à Sainte-Pazanne en 1913.

Sport nouveau et plus attrayant pour les jeunes, le football ne supplanta ces deux disciplines qu’après  la guerre 14-18. Non sans une difficulté majeure ici,  car il fallait d’abord trouver un terrain et l’aménager. Il y avait bien le pré de la cure, mais le curé l’utilisait pour ses vaches. Alexandre Renaud (1904-2000), l’un des pionniers du foot (il figurait dans l’équipe en 1922), racontait qu’il avait été chargé de contacter le comte de la Ruelle, le maire, pour trouver une solution.

L’équipe en 1922 :

Au premier rang : Riou, Rondeau, Crochet.

Au deuxième rang : Martin, Batard , Giraudineau

Au troisième rang : l’abbé Rolland, Renaud, Letourneaux, Serenne, Levrault et Robard.

 

Le comte possédait un terrain face à l’école du Sacré-Cœur, à l’emplacement du garage Renault. Un terrain qu’il louait à M. Verger qui y mettait ses moutons. Dans un premier temps, ce dernier refusa de libérer les lieux. Le maire proposa alors un champ face au village des Guettinières. La nouvelle équipe de football partit donc en campagne pour jouer. Mais, c’était loin du bourg.

Une nouvelle tentative auprès de M. Verger eut plus de succès. Témoignage d’Alexandre Renaud : « Mais nous ne pouvions occuper le terrain que le dimanche. On allait le matin planter les poteaux de but et les remiser le soir sous le préau de l’école voisine. On a ainsi joué deux ans sur ce terrain ».

Le pré de la cure s’est alors libéré mais le terrain n’était pas réglementaire et gorgé d’eau l’hiver. Alexandre Renaud sollicita une subvention du service des sports de Nantes non sans mal s’agissant d’une demande d’un club lié à un patronage, association pas en odeur de sainteté par un service  plutôt sectaire. « C’est pas pour les curés, argumenta  Alexandre Renaud, mais pour nous ». Finalement accordée, la subvention permis d’aménager le terrain, de faire des drainages, d’abattre de grands peupliers avec l’aide d’agriculteurs.

Le football était enfin lancé sous le nom de la Pazennaise. Situé à côté de la salle Jeanne d’arc, le terrain connaissait un afflux de spectateurs quand il y avait des représentations du Christ-Roi. L’entracte intervenait habituellement vers 16h30 alors que les rencontres de foot commençaient à 15h pour se terminer vers 16h45. Aux spectateurs du théâtre se joignaient le long de la main courante acteurs et figurants encore en tenue, pour donner de la voix !

Depuis cette époque, les choses ont bien changé. L’ancien terrain n’est plus praticable, la Pazennaise est devenue le Football Club de Retz avec des joueurs de Sainte-Pazanne, Port-Saint-Père et Saint-Hilaire de Chaléons.

 

L’équipe gagnante du tournoi de Saint-Mars-de-Coutais en septembre 1955 :

 

Au premier rang, de gauche à droite : Jean-Claude Minier, Jean Bossard, Claude Michel, Christian Guillaud.

Debout : Joseph Merlet, Joseph Chouin, Jean-Louis Greslé, Pierre Guillaud, Armand Garand, Jean-Claude Leroux, Emile Merlet et René Relandeau.

 

 

 

La Société historique

Partager cette page sur :