Quelques dates repères de faits marquants

 

Depuis quelques années, la commune connaît un développement spectaculaire s’accompagnant de l’arrivée de populations nouvelles. A leur intention et à ceux de Pazenais plus anciens qui les auraient oubliées, voici un certain nombre de dates repères de faits marquants de l’histoire locale.

3 juillet 1401, un ouragan emporte la toiture de l’église qui, en septembre 1793 est incendiée accidentellement par un soldat de l’armée républicaine du général Beysser.

En 1819, une nouvelle église est construite à l’emplacement de la place de Retz actuelle. Elle sera démolie en 1902 pour permettre en 1905 la construction de halles qui disparaîtront en 1965.

En 1824-1825, construction du calvaire de la Marche. Le 16 janvier 1866 voit l’ouverture du premier bureau de poste. La mairie dont la façade subsiste rue de l’hôtel de ville date de 1871. Elle fut construite en même temps qu’une école. Quant au premier train, il arrive en gare de Sainte-Pazanne le 11 septembre 1875. Il est procédé à la pose de la première pierre de l’église actuelle le 28 mai 1878. Sa bénédiction interviendra le 10 mai 1881 et sa consécration les 31 juillet et 1er août 1898.

L’école Notre-Dame de Lourdes, rue de Bazouin ouvre le 23 septembre 1889.

Le 15 mars 1895, installation d’une brigade de gendarmerie qui déménagera en octobre 1973 à l’angle de la route de Bourgneuf et de l’avenue des sports. Des premières séances de cinéma sont données en février 1906 dans la salle « Toutes Joies » de la cure. Rue du Ballon, l’école du Sacré-Cœur, devenue depuis un collège, ouvre à la rentrée 1909. A cette même date, création du patronage avec la société « la Saint-Louis » qui sera remplacée en 1923 par « la Pazennaise ».

L’année 1910 est marquée par l’arrivée de l’électricité dans le bourg. La salle Jeanne d’Arc est inaugurée le 4 janvier 1924. Création l’année suivante du corps de sapeurs-pompiers. Le 19 juillet 1931, le bourg connaît l’animation d’une première grande kermesse. Evènement théâtral le 15 janvier 1933, le rideau de la salle Jeanne d’Arc s’ouvrant sur la première représentation du Christ-Roi.

L’hospice Victor-Ecomard est inauguré le 6 novembre 1951 (c’est l’actuelle maison des associations). La première extension de la maison de retraite devenue la résidence Victor-Ecomard intervient en 1974. En 1966, il est procédé au regroupement des classes des écoles publiques dans les locaux de la rue de l’hôtel de ville. Il faut attendre la rentrée scolaire de 1981 pour voir l’ouverture du groupe scolaire des Barottards  portant le nom de Maurice Pigeon. Enfin, en 2008, c’est la mise en service du collège public Olympe de Gouges.

 

 La Société historique

Partager cette page sur :