Du 11 au 16 novembre 2014, commémoration du centenaire du début de la Grande Guerre

Comme tant de communes françaises, Sainte-Pazanne a payé un lourd tribut à la guerre 14-18. Au cimetière, le monument aux morts pour la France en témoigne tragiquement. 135 noms y sont gravés. Une liste incomplète, ainsi que le révèle Jean-Louis Thomas qui s’est livré à de minutieuses et difficiles recherches. 16 noms manquent qui seront ajoutés le 11 novembre 2014. Ce sera assurément l’un des temps forts du programme élaboré pour la commémoration du centenaire du début de la première guerre mondiale.

Quand on sait que 350 hommes de 20 à 40 ans avaient été recensés en 1911 à Sainte-Pazanne, cela revient à dire que 40% de la population mobilisable n’est pas revenue. Avec des conséquences inévitables sur la démographie : 2643 habitants à Sainte-Pazanne en 1911 et seulement 2322 en 1921 !

On lira par ailleurs les programmes qui ont été préparés en concertation avec la municipalité, les associations d’anciens combattants, l’harmonie municipale, les chefs d’établissements scolaires et la Société historique. A l’Escale de Retz, une exposition composée par cette société proposera sur plus d’une cinquantaine de panneaux une évocation de la grande guerre largement illustrée à l’aide de nombreuses photos, d’affichettes et d’affiches. Certains documents pourront peut-être heurter par leur réalisme mais ils reflètent la terrible cruauté de cette guerre meurtrière.

Une grande place est faite aux différentes armées et à leurs chefs, à la guerre aérienne, aux imposants canons, aux tranchées, mais bien d’autres thèmes sont exploités, insolites même et pittoresques. Cela va de la litanie du poilu, au repos du guerrier en cartes postales, à l’argot des bidasses, à la messe au front, aux réclames de l’époque, aux cartes de correspondance militaire, aux chants et musique, etc.

Maire de Sainte-Pazanne de 1910 à 1940, le comte Paul de la Ruelle fut un brillant officier.

La partie locale n’est évidemment pas oubliée avec en particulier des photos de soldats pazennais, tués ou revenus vivants de la guerre, la liste des conscrits, le comte de la Ruelle, maire de Sainte-Pazanne et brillant officier, l’hôpital militaire annexe,  Sainte-Pazanne en 1914, etc. D’autre part, une grande carte, depuis le nord jusqu’à l’est, situera les grandes batailles et les lieux ou tant de pazennais ont été tués.

Dans des vitrines, divers documents et objets, des médailles, des fanions, des revues et des livres devraient intéresser les visiteurs. A l’entrée de la salle, le très beau kiosque de la Société historique  monté lors d’une précédente exposition sera décoré de journaux de l’époque.

Deux temps forts, marqueront cette commémoration avec la participation de membres de la Pazennaise Théâtre et de l’harmonie municipale. Entre deux marches militaires, seront lus des témoignages sur la vie et l’ambiance à Sainte-Pazanne au début et pendant la guerre, des poèmes de Jean Pazanne, des lettres de poilus.

Les tombes pazenaises du carré militaire

 

Le monument aux morts

Installé à l’école Notre Dame, un hôpital militaire annexe reçut des blessés et des convalescents jusqu’en décembre 1916.

L’abbé Jean-Marie Batard, de la Vézinière, célébrant la messe dans une tranchée. Il fut tué le 25 septembre 1915.

 

Partager cette page sur :